Burn out maternel

20140501-225259.jpg

Je tiens tout d’abord à remercier l’émission les maternelles qui m’a fait passer ce cap et mis un mot sur mes problèmes.

Il y a plus d’un an j’ai fait un burn out maternel, chose que je ne connaissais pas du tout avant. Je connaissais le baby blues et la dépression du post partum que je n’ai pas eu, mais je ne pensais pas qu’il y avait autre chose après les 3/4 premiers mois de bébé.

Marmotte a toujours été un bébé dynamique et débrouillarde. Même a l’époque du 4 pattes elle grimpait partout touchait â tout, n’écoutait pas. Bref un fort caractère.

Quand elle a su marcher vers 13,5 mois elle enchaînait les bêtises et les rapports de force avec moi. Son père lui cédait les 3/4 des choses que j’interdisais.

Vers 14/15 mois elle a officiellement commencé son terrible two et nos rapports n’étaient que négatifs.

Des quelle faisait quelque chose, qui était souvent une bêtise à mes yeux, je la grondais et ma fatigue augmentait.

Je m’occupais du levé et du petit déjeuner, la journée j’étais au travail elle à je crèche et j’allais la chercher puis la faisait dîner en attendant son père quand il n’allait pas voir ses potes puis le coucher.
Le week end je me levais en même temps quel car impossible de dormir quand elle était debout son père ne faisait rien pour que je me repose.
J’accumulais de la fatigue sans m’en rendre compte et marmotte trinquait.

Avec le recule je pense que je ne jouais pas assez avec elle du coup elle jouait avec des choses interdites, faisait beaucoup de colères et pleurait sans arrêt chose qui me tapait sur les nerfs en 2 secondes.

Je n’en pouvais plus je lui crier dessus de lu donner minimum 3 fessées par jour (sur la couche et doucement je précise) et de redouter son réveil chaque jour.
J’avais plus de moments désagréables que de moments de joie en une journée.

Un jour comme tous les jours je regarde l’émission les maternelles sur France 5 dont le sujet du jour était le burn out.

Wha la révélation ce terme que je ne connaissais pas était exactement ce que j’avais.
Je buvais les paroles du spécialiste et des témoins pour m’en sortir seule et au plus vite.

Le mot d’ordre lâcher prise.
C’est vrai je devais lâcher prise et prendre du recule sur les choses.

Marmotte essayé de sauter et fait du bruit. C’est pas grave si les voisins se plaignent je dirai pardon.
Si elle est violente avec son jouet. C’est pas grave si elle le casse ça reste que du plastique.
Elle chouine pour avoir une compote toute les heures et si je lui donne pas elle pleure. C’est pas grave elle est plutôt mince et ça évitera une grosse crise.
Elle grimpe partout se pensant aussi protégé qu’à la crèche. C’est pas grave si elle tombe elle apprendra je reste juste pas loin si c’est vraiment trop dangereux selon moi.

Une fois la période d’acceptation j’ai mis en pratique « les règles » et ça été tout de suite un peu mieux.

C’est pas forcément la meilleure méthode pour passer le terrible two, mais ça m’a soulagé.

Son terrible two a duré 1 an mais moins dur que si je n’avais pas passé ce cap du burn out maternel qui lui a durée bien 3 mois.

3 commentaires

  1. Merci et bravo pour ce témoignage ! C’est un sujet qui reste étrangement tabou alors qu’il est tout à fait humain de craquer par moments. Je pense que ton témoignage pourra aider d’autres mamans/papas à se sentir moins seuls face à leur ras-le-bol général.

  2. haa comme tu dis koupine de burn out…je netais pas habitué a une belette si hard oufff cest dur!

Laisser un commentaire